Comment améliorer ses chances de grossesse

Encore une fois, on s’est toutes posé cette question … Voici ce que préconisent certains médecins ( trouvé dans un carnet pdf sur : clinique rennes)

(femme).

  • Le contrôle du poids

La nature est très tolérante, et on peut avoir des ovulations normales en étant très mince, ou au contraire plutôt en surpoids. Si l’on dépasse trop ces limites, des conséquences négatives sur la fertilité risquent d’apparaître. A l’inverse, il suffit parfois de perdre (ou de gagner) quelques kilos pour retrouver une fécondité normale, même en restant loin du poids idéal.

L’intervalle de tolérance se mesure par l’indice de masse corporelle (IMC). L’IMC se calcule par une formule simple = poids/(taille en mètre)². Sa valeur normale est 19 à 24.

L’excès de poids a des conséquences prouvées scientifiquement sur la fécondité, même si l’on peut rencontrer des personnes obèses qui ont beaucoup d’enfants. Le risque de ne pas concevoir après un an d’attente est augmenté de 30% en cas de surpoids et de 80% en cas d’obésité.

Le lien avec l’infertilité est une certaine résistance des ovaires au traitement de stimulation, de moins bons résultats en FIV (-30%), un risque de fausse-couche plus élevé (+33%), et des complications de grossesse plus fréquentes (diabète – hypertension – prématurité – césarienne). Pour l’enfant à naître, l’obésité fait cou-rir un risque supplémentaire de malformation foetale, et d’obésité.

La trop grande maigreur est également un handicap. Pour fonctionner normalement, les ovaires ont besoin d’un certain rapport en la masse de muscles et la masse de graisse.

Les conséquences sur la fertilité sont presque les mêmes que l’excès de poids: des troubles importants de l’ovulation, une résistance au traitement de simulation ovarienne, et de moins bons résultats en FIV.

Les sportives de haut niveau, surtout celles qui pratiquent des sports d’endurance, ont les mêmes problèmes, en raison d’un rapport trop élevé de masse musculaire par rapport à la graisse.

Le régime alimentaire le plus favorable est le régime dit « méditerranéen »

  • L’exercice physique

complément indispensable des régimes amaigrissants, il a également une activité bénéfique prouvée sur le fonctionnement ovarien.

  • Eliminer les toxiques

De nombreux produits peuvent interférer avec la fertilité, mais certains sont particulièrement concernés, par la fréquence de leur utilisation et par leur nocivité.

  • le tabagisme

les conséquences négatives du tabagisme sur la fécondité sont absolument certaines, en fécondité natu-relle comme en Aide Médicale à la Procréation. En FIV, les fumeuses perdent 15% de chances de gros-sesse.

Le tabagisme provoque une baisse de la réserve ovarienne en ovocytes, une réduction du taux d’implantation des embryons, et des complications parfois sérieuses pour l’enfant (petit poids de nais-sance, accouchement prématuré, problèmes pulmonaires etc.)

Tous ces risques augmentent avec l’importance et la durée de la consommation. Mais comme on ne sait pas s’il existe une limite en dessous de laquelle il n’y aurait pas de risque, la consigne est plutôt d’arrêter complètement. Le tabagisme passif pourrait également être néfaste.

La consommation de cannabis a des effets très proches de ceux du tabac.

  • l’alcool bien que les femmes soient nettement moins concernées que les hommes par ce type d’intoxication, ses conséquences sur la fertilité sont également bien documentées. Il est conseillé de s’abstenir d’une consommation régulière quotidienne, comme de consommation impor-tante même accidentelle.

Pendant la grossesse, l’alcool est susceptible de provoquer des malformations graves, et il est très toxique pour le système nerveux du foetus.

  • la caféine

La consommation régulière de caféine diminue les taux de grossesse en FIV, avec un effet dose-dépendante. La cause semble être la baisse du nombre d’ovocytes et du taux de fécondation. La caféine a un effet hormonal, la testostérone plasmatique baisse de façon dose-dépendante.

Il est recommandé de limiter la consommation quotidienne à 2 tasses de café ou de thé par jour, et d’éviter les sodas caféinés et les boissons énergétiques.

  • les toxiques environnementaux

les produits concernés sont principalement des perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire des toxiques capables de mimer l’action de certaines hormones.
Il s’agit d’un problème très compliqué : la plupart de ces toxiques n’agissent probablement pas seuls, mais en association à d’autre, leurs effets ne sont pas les mêmes pour l’embryon, l’enfant ou l’adulte, les conséquences sur le long terme difficiles à évaluer.

En règle générale, il parait prudent d’éviter le contact avec les pesticides, les herbicides, certains plastiques alimentaires (phtalates), les colorants capillaires, solvants, encres industrielles.
Dans l’alimentation quotidienne, plus un produit est en fait de chaîne alimentaire, plus il risque de concentrer les produits toxiques : une céréale est moins suspecte que de la graisse de boeuf ou de saumon. Et un produit bio sera toujours moins à risque.

L’action des médicaments de la vie quotidienne n’étant pas toujours très documentée, il parait prudent de limiter au maximum la consommation médicamenteuse, même sur les antalgiques et les anti-inflammatoires.

  • le stress

peut avoir un effet sur les cycles naturels, par le biais d’une dégradation ou d’un arrêt des ovulations. Ce-ci se manifeste généralement par un arrêt transitoire des règles ou des cycles très longs.


En revanche, le stress ne parait pas avoir d’effet direct sur les résultats des traitements de stimulation d’ovulation ou de FIV.

  • les suppléments vitaminiques et les traitements associés
    Certains produits paraissent augmenter les chances de grossesse. Ces gains sont toutefois modestes, et parfois incertains.
  • pour tout le monde

o l’acide folique, ou vitamine B9, est une vitamine nécessaire au développement de l’embryon, et en particulier de son système nerveux. Les besoins quotidiens sont de 0,4 mg. Les organisations sani-taires préconisent une supplémentation pour toutes les femmes souhaitant concevoir, à débuter environ 2 mois avant la grossesse.

o La vitamine D apparaît également utile, une carence importante diminuant fortement les chances de grossesse. Les besoins quotidiens sont de 0,5μg.
o Dans la mesure où d’autres vitamines paraissent avoir des effets antioxydants utiles (Vitamine C- Vitamine E), une bonne solution parait être de prendre des suppléments vitaminiques contenant tous ces éléments.

  • Dans certains cas, l’administration de médicaments complémentaires peut augmenter les chances de grossesse :
    o Fausse-couches à répétition – échecs répétés en FIV = Aspégic, corticoïdes et/ou anticoagulants
    o Ovaires micropolykystiques : Metformine
    o endomètres trop minces = vasodilatateurs : Vitamine E, Torental
    o insuffisance ovarienne : oméga3 –DHEA

( l’homme)

Peut-on améliorer la qualité du sperme : malheureusement pas toujours et presque jamais de façon spectaculaire.

Seuls quelques traitements ont fait la preuve indiscutable de leur efficacité :
 Les antibiotiques dans les infections du sperme (qui est recherchée dans le bilan initial pour l’AMP)
 La FSH dans les déficits hormonaux, qui sont rares chez l’homme.
 La cure des varicocèles par chirurgie ou embolisation.
Il est toutefois possible, par des mesures simples, de supprimer les facteurs toxiques pour la qualité du sperme. Ces mesures sont valables, même si le spermogramme est normal.

  • Eviter les toxiques

L’ensemble de ce qui est rapporté chez la femme, pour les conséquences néfastes de l’excès de poids et des toxiques, est également vrai pour l’homme. De surcroît, faire un régime, arrêter de boire de l’alcool ou de fumer est beaucoup plus facile si le conjoint adopte les mêmes règles de vie.
Les médicaments toxiques pour la qualité du sperme sont :
 Antagoniste H1 (traitement de l’ulcère gastrique)
 Antibiotiques : famille des macrolides et des nitrofuranes
 Anti-épileptiques (valproate)
 Anti-rétroviraux
 Sulfasalazine (Salazopyrine)
 Stéroïdes anabolisants
 Ketoconazole (Nizoral = anti-fungique)
 Colchicine
 Certains anti-hypertenseurs (plutôt responsables de difficultés sexuelles)

  • La durée de l’abstinence

Plusieurs études ont montré que la fécondité du sperme diminue lorsque l’abstinence dépasse 3 jours.

  • La température

Les testicules sont programmés pour fonctionner à 35°. Les soumettre à des températures excessives dimi-nue la qualité du sperme.

Une forte fièvre peut provoquer une baisse forte et prolongée (2-3 mois) de la production des spermato-zoïdes.

Certaines professions exposent aux excès de température, notamment chez les cuisiniers, boulangers, métal-lurgistes, routiers.

Dans la vie quotidienne, il faut éviter les bains chauds, les vêtements serrés, ne pas poser son ordinateur portable sur ses genoux pour travailler.

Il est également recommandé de ne pas garder son téléphone portable dans sa poche, l’effet des émissions étant possiblement nocif sur la qualité du sperme.

Les micro-traumatismes répétés sur les testicules (VTT, cheval) seraient également dommageables.

  • les suppléments vitaminiques et les traitements associés

Chez les hommes dont le sperme n’est pas normal, certains produits paraissent augmenter les chances de grossesse. Ces traitements sont inutiles si le spermogramme est normal. Comme pour la femme, ces gains sont modestes, et parfois incertains.

– Les substances à effet anti-oxydant (Vitamine C – Vitamine E – Zinc – Sélénium) ont un effet favorable sur la qualité des spermatozoïdes.
51
– L’acide folique a montré également une action positive.  Une bonne solution parait être de prendre des suppléments vitaminiques contenant tous ces éléments.
– Le Clomid peut également être utilisé à la dose de 25-50 mg par jour.
– La DHEA n’a aucun effet sur la qualité du sperme.

Publicités
Catégories : L'AMP expliquée | Étiquettes : , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Les Petits Pimousses

Le blog d'une Assmat

C'est que du bonheur (enfin presque)

Après la PMA me voici Maman d'une famille nombreuse. Maman mais pas seulement...

féeTeach

"L'esprit cherche et c'est le coeur qui trouve" G.S

Nounou & Cie

Nounou, mais pas que.

Imsi chérie

Ou comment Victorien et Victorienne essaient d'avoir un bébé

De l'infertilité à l'indignité maternelle

Chroniques d'une mère indigne ex-pmette

Mam'Weena

Juste une jeune maman au foyer mi-par choix, mi-par nécessité

Le blog d'une maman de jumeaux !

Qui parle de PMA (un peu...) de prématurité (beaucoup) et de sa vie de famille (passionnément!)....Mais pas que!

alicevachetdotcom.wordpress.com/

"Je tweete donc je suis"

Monsieur Papapa

Le blog d'un Monsieur pas (encore) papa. C'est tout con en fait.

Appellation Maman

Tous ces petits riens qui font le tout de ma vie de maman!

Quand Nad cuisine...

Ou quand l'expression "faire un enfant" prend tout son sens... Jour après Jour en PMA

endolorie

endométriose et infertilité

Je ne suis pas une poule

Ni parfaite ni indigne juste une mère normale... enfin je crois...

Petites aventures Normandes

et autres curiosités....

un ptit deuxieme

après 1 FC, 2 GEU, 1 FIV négative, un diabète insulino-dépendant et une fiv 2 se determinant à 8sa, on y croit encore ...

Zabou's Blog

En pratique c'est facile de faire un bébé non ?!

Supersouris en PMA

Le parcours d'une Souris à la recherche de son souriceau...

Le Rire des Anges

Brassières laine bébé

Vice Versa

Mes émotions, la PMA et moi !

Les Chroniques d'Aloïsia Nidhead

Les péripéties d'une auteure débutante, blog humeurs et lifestyle

Bulle veut devenir maman!

Ce site de WordPress.com est le pyjama du chat

coco274's Blog

A great WordPress.com site

Chris & cie

Un peu de tout, un peu de rien. On mélange et voilà !

Bonjour Bohème

DIY.Illustration.Creation.Lifestyle in Nantes

chouketteblog

The greatest WordPress.com site in all the land!

jaja3333's Blog

A fine WordPress.com site

ptite vie douillette

Partages d'écritures, d'expériences et d'anecdotes utiles ... ou pas

Dans ma Liseuse Hyperfertile

Lisons et partageons !

Procrastineries

Comment remettre à demain ce que j'aurais du faire hier..

Louloute a son Blog

En attendant notre bébé Loutre...

Malilourom

Toi, moi, le Chat, Garance et le retour en PMA!

plicetploucdansunbateau

Après la pluie vient le beau temps

La cigogne et l'éprouvette

Les tribulations en PMA

Whatever it takes... And no regrets...

Il paraît que je veux toujours avoir fini avant d'avoir commencé ...

when Little Koala find their way

Never Lose Hope . Pmette en attente de son petit miracle .

Heureux qui comme Ulysse...

Cycle après cycle, Pénélope remet son utérus à l'ouvrage, impatiente de voir débarquer son Ulysse... Dans son mythe revisité, elle vit avec son héros Thésée. Ils habitent Ithaque entourés d'une quinzaine d'Argonautes qui sont leurs meilleurs copains. Comme leur Ulysse met du temps à débarquer, Pénélope et Thésée ont décidé d'aller le chercher. Acccompagnés du Dr Athéna, ils ont commencé en 2015 leur traversée PMA.

Une histoire de PMA

Une histoire parmi tant d’autres d’un homme et d’une femme qui avaient des rêves d’enfant

Simone attend le train

Salle d'attente d'une infertile en PMA

28 jours... et des bananes

Ma PMA : Un bébé après 4 IAC et 4 FIV

%d blogueurs aiment cette page :